Bio

En matière de réinvention, le producteur électro parisien Edouard connaît la musique. Membre de la French Touch à la fin des années 90, son précédent projet était partie prenante de la scène house française. Suscitant l’intérêt, son groupe de l’époque, un duo, décroche un contrat avec la major BMG, est programmé en radio et apparaît sur des disques aux côtés d’autres artistes de la French Touch tels que Philippe Zdar, Etienne de Crécy et Alex Gopher. Mais au fil du temps, il endosse de nouveaux rôles et vit plusieurs vies : photographe plasticien exposé en solo, historien d’art, ingénieur et développeur, manager en banque d’investissement et étudiant de Gary Burton (six Grammy Awards) à la fameuse Berklee School of Music.

Cela n’est donc pas une surprise qu’il se réincarne à nouveau. Sa dernière réinvention, Edouard, est le pseudo éponyme qu’il donne à sa nouvelle aventure en solo, un mélange éclectique et en constante évolution, d’électro-pop, de dance, de house, de synthwave et d’autres styles électroniques, avec une French Touch rétro, qui s’inspire des pionniers de la musique électronique française tels que Daft Punk, Jean-Michel Jarre, Air, Justice, Breakbot, Laurent Garnier, Cassius, Bob Sinclar, Martin Solveig, et Alex Gopher qui a participé au projet en tant qu’ingénieur de studio, ainsi que d’artistes tels que Phil Collins, Prince, Chromeo, Oliver, Jamie Lidell et Haywyre.

Armé d’une large collection de synthétiseurs vintage et modernes, dont certains qu’il a conçus sous le nom Edouard Digital, il façonne et assemble des sons ancrés dans l’époque avec une touche d’années 80. En parallèle, il s’implique pleinement dans la direction artistique visuelle et lorsqu’il ne réalise pas lui-même ses visuels, il collabore avec des designers tels que le réputé Filip Hodas.

Le premier single Deja Vu, de l’électro-pop estivale pleine d’ondes positives, joué par 40 radios aux États-Unis, a été composé avec son complice des débuts, comme un trait d’union du passé au présent. La pochette du titre évoque une nuit d’été à Miami, dans les années 80, avec une voiture de sport que ne renierait pas David Hasselhoff. Le second single The Feel of Summer, encore plus pop et estival, est passé sur les ondes de Virgin Radio et entendu 650.000 fois sur TikTok, avec un gimmick entêtant à répéter en chœur, et une pochette qui représente un ballon en forme de cœur tranché en deux, révélant l’intérieur d’une pastèque juteuse. Le troisième single est une reprise électro, avec un solo de guitare d’anthologie, du titre de Jean-Michel Jarre, Chronology, Pt. 3, qui a reçu l’approbation précieuse du père fondateur de la musique électronique. Le quatrième single, Another World, au parfum discret de Kraftwerk et de Daft Punk des débuts, est sorti accompagné d’un clip d’animation 3D sur le thème de l’exploration de mondes exotiques.

À venir, son premier EP proposera un titre pop avec une vibe des années 80, remixé par Grace Kim et Lifelike dans plusieurs styles : pop house, club, tropical pop. Parmi les surprises qu’il nous réserve pour plus tard : des projets synthwave, funk et disco, dont le point commun est la réminiscence des années 80.